news

Le WPIU en action en Autriche !

19 août 2021
helene.fournet@ofb.gouv.fr

AREC

Les unités prévention des dommages aux troupeaux (WPIU) qui viennent d’être formées en Autriche ont commencé à agir sur le terrain, avec deux interventions pour soutenir les éleveurs impliqués dans les déprédations de bétail.

Le Centre autrichien Ours, Loup, Lynx, qui soutient le projet WolfAlpsEU, travaille avec le Centre de recherche et d’éducation agricole (AREC) à l’établissement à long terme d’unités prévention des dommages aux troupeaux (WPIU) en Autriche et coordonne leurs missions. Le ministère fédéral de l’agriculture, des régions et du tourisme (membre du Centre autrichien Ours, Loup, Lynx) a apporté son soutien financier. Cela signifie qu’il n’y a aucun coût pour les agriculteurs concernés.

La principale responsabilité d’une WPIU est d’aider les éleveurs touchés après une attaque de loup, rapidement et sans bureaucratie, avec l’expertise et l’équipement appropriés. Après une alerte, l’équipe doit se rendre le plus rapidement possible sur les lieux, évaluer la situation concernant la protection du troupeau, appliquer des mesures préventives et transmettre l’information aux zones de pâturage voisines. Les mesures concrètes comprennent la mise en place de clôtures de protection des troupeaux, le rassemblement des animaux dispersés et l’assistance. L’équipe apporte les connaissances, le matériel et les équipements spéciaux nécessaires.

La première opération a eu lieu le lundi 7 juin 2021. Le week-end précédent, un incident s’était produit dans la zone de la commune agricole de Schafburg à Hundsdorf (commune de Rauris, Salzbourg). En raison d’une attaque de loup et de la panique qui s’en est suivie dans le troupeau de moutons, environ 60 animaux ont été partiellement blessés ou perdus. Les autres animaux (environ 90) ont été déplacés vers un pâturage plus sûr de la vallée.

La WPIU a été alerté à 15 heures par le représentant de la chambre d’agriculture St. Johann/Pg.-Johann Huber, le représentant loup du Land de Salzbourg, Hubert Stock et le président du centre autrichien Ours, Loup, Lynx (ÖZ, Klaus Pogadl). L’équipe, composée de Reinhard Huber (chef d’équipe), Daniel Eingang (AREC) et deux employés du syndicat des machines Enns-Paltental, a aidé à sécuriser le site avec une clôture de protection des troupeaux et à déplacer les moutons restants vers un pâturage plus sûr.

En raison du nombre élevé d’animaux disparus, il a été décidé de les rechercher le lendemain (mardi) à l’aide d’un drone équipé d’une caméra thermique. Reinhard Huber et Andreas Klingler (AREC) ainsi qu’un employé du syndicat de l’industrie Enns-Paltental y ont participé. La caméra a permis d’apercevoir dix animaux encore vivants. En raison du brouillard et du terrain difficile, la recherche n’a été possible que dans une mesure limitée. Les animaux étaient très effrayés et seul un animal a pu être capturé, les autres se sont enfuis dans une zone inaccessible.

Le WPIU en action en Autriche ! - Life Wolfalps EU

Une deuxième attaque de loup nécessitant une intervention de la WPIU a eu lieu dans la nuit du 19 au 20 juin sur l’alpage Kirchbacherwipfelalm en Carinthie.

Ces derniers jours, des moutons ont été attaqués. Huit animaux ont été tués par un grand carnivore, probablement un loup. Le grand carnivore étant toujours suspecté dans la région, et les moutons doivent être protégés la nuit contre de nouvelles attaques. À cette fin, la WPIU qui se compose de collaborateurs de la HBLFA Raumberg-Gumpenstein et du syndicat de l’industrie Enns/Paltental, a fourni du matériel de clôture approprié pour la construction d’un enclos de sécurité. Il s’agissait d’une mesure immédiate pour assurer la survie des animaux pendant les nuits suivantes. En outre, la clôture a été équipée de rubans flottants pour une meilleure visibilité de la clôture et de feux clignotants qui clignotent à différents intervalles et dans différentes couleurs. Il ne s’agit toutefois que d’une mesure à court terme.

Notre paysage culturel, en particulier nos pâturages alpins, a été créé par la gestion des animaux de pâturage. Sur la plupart des alpages, l’activité de pâturage des animaux est nécessaire pour libérer les zones des buissons et des plantes plus grandes. Cependant, les grands carnivores tels que le loup, l’ours, le lynx rendent plus difficile une gestion sous des formes traditionnelles. Pendant des décennies, les moutons ont bénéficié d’un pâturage libre sur la plupart des alpages, où ils utilisent également les zones escarpées et les protègent de la végétation. Si ces zones ne sont plus broutées, elles deviennent envahies par la végétation et des pâturages précieux ainsi qu’un habitat important pour d’autres animaux sont perdus. Si l’herbe n’est pas nourrie, elle se dépose sur le sol comme un tapis en automne, sur lequel la neige peut facilement glisser, le danger d’avalanches est accru, ou la neige gèle sur l’herbe et entraîne le sol avec elle, ce qui entraîne érosion et coulées de boue. Des mesures adaptées peuvent aider à prévenir ces conséquences naturelles.

Un exemple est justement celui du Kirchbachwipfelalm : en 2015, un ours a tué un mouton sur l’alpage, et depuis, l’alpage n’est plus géré grâce aux moutons et aux chèvres. Les conséquences sont déjà visibles aujourd’hui : de précieuses surfaces fourragères sont envahies par des arbustes nains et des aulnes verts, ici et là de petits arbres poussent déjà. Si cette situation n’est pas contrecarrée dans un avenir proche, de nombreuses parties de cet alpage seront perdues. L’agriculteur Martin veut gérer ce pâturage avec des moutons cette année encore. Malheureusement, il a essuyé la mort de premiers animaux peu de temps après, comme décrit ci-dessus. Néanmoins, il ne veut pas abandonner le pâturage car il veut assurer le maintien de cet alpage.

Il faut beaucoup de temps et d’efforts pour protéger le troupeau. Normalement, Martin contrôle ses moutons plusieurs fois par semaine. Maintenant, il s’agit de rassembler les moutons chaque jour dans la soirée, qui est normalement une période d’alimentation pour eux, et de les mettre dans une fermeture de nuit. Chaque matin, il faut les relâcher dans les pâturages. Cela nécessite une présece humaine toute la journée. Les coûts pour ce personnel supplémentaire et pour la fermeture de nuit s’élèvent à plus de 2000 euros. Malheureusement, la Carinthie ne dispose pas encore de fonds pour les clôtures de protection des troupeaux, comme Salzbourg ou le Tyrol, c’est pourquoi une solution n’a pas encore été trouvée.